Accueil Forums Comptes-Rendus & Ordres du Jour CR du 24/01/2016 @ Labos

Ce sujet a 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour par  Christophe, il y a 1 an et 7 mois.

CR du 24/01/2016 @ Labos

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #330
    Maxdigistyle
    Maxdigistyle
    Admin bbPress

    La réunion aux Labos a commencé par une présentation de la conférence tenue à Paris 8 le lundi 14 décembre 2015 avec Pierre M. et Maxime B.

    La conférence avait lieu sur une surface de serviettes de plage bleues, accompagnées de thé et d’éditions offertes à la fin de la conférence.

    La conférence était scindée en 3 parties : une présentation de la pratique de Maxime à travers des formes précaires et nécessitant peu de moyens, la projection d’un extrait du film de Pierre Un petit morceau de bois qui parle, entre autre, des manifestations étudiantes guyanaises revendiquant une université de plein exercice et autonome des Antilles et une dernière partie consacrée à une discussion avec les étudiants de Paris 8 sur leur expérience de l’université.

    Cette conversation a mis en exergue la rivalité, les différences entre les écoles d’arts et les facs d’arts plastiques, en termes de moyens justement. Ce qui a permit de faire un écho entre les pièces montrées au début de la présentation (qui nécessitaient peu de moyens).

    Notre réflexion avec Pierre après la conférence a également porté sur la réalité économique et précaire qui perdure après le passage dans une école d’art ; ce qui nous permettait de dire que la question des moyens n’étaient pas nécessairement l’enjeu principal de The Cheapest University.

    Christophe nous a témoigné ensuite de son expérience à la Jan van Eyck Academie, notamment dans les séminaires collectifs qui étaient organisés régulièrement par les membres, à raison d’une fois par an. Ses situations d’invitations semblent pertinentes pour Christophe par rapport à The Cheapest ; dans la mesure où chaque membre du groupe pourrait être sollicité pour organiser collectivement des journées autour d’invités par exemple, dans un format où tout le monde est responsable d’un programme.

    Il a été noté qu’il pourrait être important que chacun des membres de The Cheapest communique sur ses projets extérieurs pour en faire bénéficier à tout le monde.

    Le désir de créer un cadre, de dessiner des instances (mot qui revient fréquemment chez nous dorénavant) semble devenir un point d’accord entre nous tous.

    Il serait question comme à la première réunion, d’ajuster et de préciser les intentions de ce cadre. Les mots employés étaient portés vers les notions de porosité, d’hospitalité.

    Il est clair que nous nous ne dirigeons pas vers des formats autoritaires ni hierarchiques ; l’horizontalité semble être une modalité importante pour chacun.

    Les problèmes liés au lycée internat à La Baule pourraient être résolus en se concentrant sur un autre établissement : celui de St Nazaire. Ainsi, Maxime connait bien plus de personnes sur place qui pourraient être susceptibles de soutenir un tel projet (CPE du Lycée Aristide Briand, Urbaniste à la Mairie de St Nazaire, Sophie Le Grandjacques directrice du Grand Café (entretien prévu le 16 février)). La ville en elle même est beaucoup plus impliquée culturellement et historiquement que celle de la Baule. Saint Nazaire serait donc plus propice à l’accueil de The Cheapest University.

    Maxime, François et Charlotte ont également mentionné l’élaboration d’un autre partenariat potentiel avec le Carreau du Temple à Paris. Notre amie Maëla B. qui travaille là-bas nous a proposé d’écrire un dossier. Nous avons visité les locaux il y a quelques semaines : le lieu est très grand et polyvalent (auditorium, énorme hall, salles de sports, bureaux, etc). L’idée serait de disposer d’un bureau, invités en tant que résidants pendant un an à partir de Septembre 2016. Le lieu se voulant flexible, il serait possible de bénéficier ponctuellement des espaces du Carreau de Temple pour organiser des événements liés à notre projet.

    Nous allons envoyé un dossier mi-février. L’idée d’une telle résidence semble correspondre avec les besoins que nous émettons depuis le début. Les avantages principaux de cette proposition sont la disponibilité du lieu (ouvert du lundi au samedi de 10h à 22h), sa localité (Paris intra-muros, quartier du Marais) et sa concordance avec notre forme de travail (réunions, projections, etc.).

    Plusieurs personnes ont manifesté leur enthousiasme pour la proposition de François de traduire le bouquin Finite and Infinite Games par James P. Carse.
    Nous allons organiser cette traduction à plusieurs mains bientôt.

    Nous avons parlé de différentes références : Thierry de Duve (Faire école ou la Refaire), l’œuvre de Mike Kelley Educational Complex (maquette des différentes écoles qu’il a traversé dans sa vie), de Stephan Dillemuth (voir document posté par Louise sur le site).

    Nous avons ensuite regardé le film Hi Mom de Brian de Palma, proposé par François.

    N’hésitez pas à compléter ce compte-rendu !

    Compte rendu écrit avec l’aide de Louise et Charlotte

    #329

    Christophe
    Participant

    Hello!
    Petite précision au sujet de la ligne “2 fois par an”, je pense que ça fait référence au fait que j’ai dit que chaque researcher de la Jan van Eyck pouvait inviter 1 invité par an (Donc 2 dans mon cas, en 2 ans).

    Au sujet d’école, je crois que j’avais évoqué l’idée il y a longtemps avec François et Charlotte de réfléchir à un 1% artistique pour le collège qui nous accueillerait (La Cheapest pourrait être le 1% lui-même) – Ce soir j’ai reçu comme peut-être certains d’entre vous le mail de Céline Ahond au sujet de son 1% artistique pour le collège Pierre Curie de Bondy. Ce projet de Céline, avec sa peinture de bâtiment green screen qui va se déplacer à travers le collège de salle en salle au fil du temps, est une merveille bien plus élégante et drôle que ce que j’aurais sans doute jamais été capable d’imaginer, voici quelques infos ici

    Une autre manière d’envisager l’école, ça pourrait être aussi d’arrêter de se considérer comme ses auteurs/émetteurs, mais de concevoir une école qui se constitue entièrement sur les demandes et les souhaits de ses élèves. De n’être que des commanditaires.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.