Accueil Forums Projets cheapest summer

Ce sujet a 8 réponses, 4 participants et a été mis à jour par Zombiechatte2025 Zombiechatte2025, il y a 1 an et 7 mois.

cheapest summer

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Messages
  • #265
    maîtresse
    maîtresse
    Modérateur

    Pour rebondir sur la fin du premier post de François, à propos de sélection et de filtrage. Je fais un nouveau topic pour ne pas mélanger avec la discussion sur le jeu.

    En soi, plutôt d’accord sur l’ouverture dans l’ensemble. Le problème de la sélection des élèves est un des problèmes majeurs de la plupart des grandes écoles d’art (françaises du moins), comme aux arts-déco de Paris où ils passent leur temps à réformer le concours en espérant damer le pion aux prépas privées et éviter ainsi l’inégalité des chances, mais avec peu de succès. Le bannissement de tout système de critères de sélection fait rêver. Cependant il y a une réalité technique du nombre de places, qui fait qu’elles ne peuvent pas juste accepter tout le monde. Que faire? Tirage au sort :rose: ?

    Cela m’amène au projet de cet été. Il y a deux discussions en parallèle sur la cheapest. D’une part, ce qu’elle est sur le long terme (c’est sur ce plan là qu’il est aisé de bannir l’idée de sélection et de laisser les projets naître) d’autre part un premier projet fédérateur qui a pour l’instant un lieu : le lycée de La Baule (même si c’est en standby) et un nombre de participants : une trentaine. Donc la question de qui sont ces trente personnes existe et ne peut pas rester ouverte, si l’on est pas prêts à augmenter ce nombre. Ta proposition que les projets soient soumis au groupe et estampillés cheapest est je pense une bonne proposition de manière générale pour la cheapest (façon The Public School?) mais je ne sais pas si cela peut fonctionner pour ce mois d’école d’été qui vient.

    Je me demande si on devrait pas voir ce mois d’été comme une première expérience, un projet test, presque “entre nous” avant d’être totalement ouvert. Pas pour définir des règles bien sûr, mais pour mettre à l’épreuve ce qui nous réunit vraiment autour de l’idée de “faire école », et voir émerger une direction ou une impulsion.

    On est une quinzaine pour l’instant à être impliqués et on a déjà plus d’idées de projets (film, théâtre, jeux de rôle, alchimie, espace, etc) qu’il n’est possible d’aborder en un mois. Où est la place pour des nouvelles propositions de 15 nouveaux participants? Est-ce qu’on ne devrait pas réfléchir très concrètement à l’organisation de l’emploi du temps de ce mois et du fonctionnement quotidien?

    D’autre part, tout le monde n’est peut-être pas obligé de se prendre le chou là dessus, et peut-être que dès maintenant la cheapest peut être organique et multiplier les projets au gré des idées et disponibilités. On pourrait peut-être bientôt, après une ou deux autres réunions générales, créer un sous-groupe de travail bossant sur l’organisation de l’école d’été? Bien sûr tout cela resterait très poreux et n’a pas besoin d’être isolé. Pour le projet de jeu de rôle par exemple, il peut très bien commencer en amont, en ligne par exemple, avancer jusqu’à cet été, et continuer dans une forme différente, en présence des joueurs, autour d’une table, ou en maillot customisés sur la plage, ou sur une scène de théâtre improvisée, etc.

    En tout cas, reste cette question, si l’on est déjà 15, de qui seront les 15 autres personnes présentes. Je serais d’avis que chacun ramène quelqu’un, principalement parce que j’ai l’impression que c’est comme ça qu’on se retrouve réunis pour l’instant, par pièces rapportées (ou c’est juste moi :unsure: ,(spécial dédicace zombiechatte qui m’a marrainée) et que pour une première expérience c’est bien. (si on veut au contraire diffuser un appel je ne vois pas comment éviter de devoir sélectionner, mais peut-être qu’on peut inventer un truc)

    En réalité je crois que on est plus de quinze dans les boucles mails, mais on est peut-être déjà moins à pouvoir s’impliquer sur le projet d’été? Ce qui me refait penser à ce que tu (François) disais l’autre jour, que tout le monde ne pourra pas se libérer un mois dans le cas d’obligations professionnelles. C’est quelque chose dont il faut qu’on parle vite. Ça va se passer de manière extrêmement différente selon qu’on a 30 personnes présentes durant les 30 jours, ou bien un va et vient.

    voilà voilà, du coup, question : comment on prépare l’odre du jour du 24?

    bise à tous!

    desk_18016_md

    #272
    Maxdigistyle
    Maxdigistyle
    Admin bbPress

    Plutôt d’accord avec ta synthèse louise
    je pense en effet qu’il y a différentes instances qui existeront dans the cheapest et celle d’habiter un lycée ou tout du moins se retrouver à plusieurs quelques semaines un été nécessitera forcément l’élaboration d’un groupe et ce que cela induit.
    Comme tu le dis, il y a plusieurs temporalités qui doivent se déployer, à différentes échelles ; le 24 janvier il peut nous être utile de les identifier plus clairement et se donner des missions, en effet.
    On va se faire un petit post ordre du jour pour préparer le 24

    #278
    Zombiechatte2025
    Zombiechatte2025
    Modérateur

    Salut
    Si on travaille dans le lycée cet été, il me semble important que les portes restent ouvertes aux lycéens.

    J’ai du mal à concevoir le groupe seulement entre nous ( les 15 plus les 15 autres ..) dans un lycée tel que le grand-Air.

    Il faudrait penser au projet réalisable avec les lycéens pendant les semaines scolaires de la fin de l’année.Ou peut être avec les profs de l’école ? Pensez-vous qu’ils accepteraient ?

    Par contre, si on souhaite faire un groupe de travail et réfléchir à the cheapest University entre nous, il faudra nous trouver un lieu autre que le lycée, Treignac est une possibilité ?

    Je reviens sur l’idée des selections et de à qui s’adresse l’école.

    si je m’attache à mon experience, les moments où j’aurai eu le plus besoin d’un groupe comme cheapest U était la période avant les beaux-arts.Tu parlais des prépas Louise, je n’ai pas fait de prépa privé, je n’avais pas les moyens, mais j’ai fait les ateliers de la ville de Paris Glacière, ils te forment aux concours des écoles d’Art. C’est gratuit , pas cher,  et au moins après tu sais si tu as vraiment envie de faire une école d’Art.

    Cependant, je crois que j’aurai aimé rencontrer un groupe comme cheapest  et former avec eux  une école expérimentale le temps d’un été.

    Je ne propose pas de faire un groupe prepa d’été, et je ne voudrais surtout pas tomber dans la promo prepa, style prep’Art , école a fric , tout l’inverse de ce  qu’on souhaite, mais je pense  que c’est plus une personne qui décide d’aller vers l’école, que l’inverse. Et le projet de cet été pourrait tout à fait intéresser des lycéens de l’école, et ou de la région. Je pense qu’il ne faut pas les sous-estimer et mettre de barrière entre notre groupe et eux.

    Aussi je parle de ça, car finalement Maxime, le premier échange que j’ ai eu avec toi était ton message Facebook que tu m’avais laissé, quand tu étais encore lycéen il me semble, il y a presque 9 ans, quand tu cherchais à rencontrer des étudiants en école d’art et avoir des conseils, sur celles ci. Peut-être qu’il y’a d’autres Maxime, comme toi qui aimeraient  venir dans notre groupe et pourquoi pas travailler ensemble sur la plage.

    Louise, si tu veux on prépare ensemble le summer groupe.

    Appel moi si tu veux cette semaine. Passe prendre un café.

    #279
    François
    François
    Participant

    Hello Louise,
    Je suis d’accord avec ton post, avec une petite réserve sur le groupe de 30, que je trouve un peu trop intimidant dans un lycée.
    Je suis d’accord sur la nécessité de s’y mettre pour dès maintenant pour cet été. Et pourquoi pas aussi pour considérer cette période comme une mise à l’épreuve de nos idées grandeur nature, “entre nous”. Mais comme le dit Charlotte, pas dans le lycée. Si c’est dans le lycée, il doit y avoir un moyen pour les lycéens de participer, ça me semble être un minimum. Je crois aussi que ça intéressera certains lycéens, ça m’aurait intéressé en tout cas… Mais 30 personnes auraient débarqués en mode commando dans mon lycée, ça m”aurait complètement intimidé, c’est sûr. Mais Traignac, ou quelque chose du type, pourrait être très cool aussi.

    #296
    maîtresse
    maîtresse
    Modérateur

    Vraiment très d’accord sur l’ouverture aux lycéens, et même c’est un très bon angle d’attaque. Penser une collaboration entre eux et nous c’est déjà en soi un projet et ça c’est cool.
    Par rapport à ce que tu dis Charlotte sur les prépas et aussi sur le petit Maxime à l’époque de sa fraîche innocence, ça me rappelle un projet “d’école” que j’avais esquissé dans ma tête. Dans mon cas mes amis de prépa se sont dispersés dans diverses écoles en France et à l’étranger, et ça nous a pas mal apporté à tous de continuer à échanger autour de nos expériences respectives, ça nous a donné beaucoup de distance, ce qui nous a aidés je pense à ne pas nous laisser avoir par des moules et façons de penser dominantes de chaque école, et d’autre part nous a permis de nous rendre compte des avantages que nous avions les uns par rapport aux autres et d’en profiter à fond plutôt que de croire que l’herbe était toujours plus verte à côté. Et je m’étais dit qu’on devrait créer une sorte d’association d’anciens étudiants dont le but serait de créer des relations de parrainage, s’adressant à des étudiants qui viennent d’entrer dans une école d’art. Le but étant que “l’ancien” aide “le nouveau” à garder une distance critique en permanence sur son cadre d’apprentissage et en même temps de l’aider à tirer le maximum des possibilités offertes par son école. (Avec aussi des réunions trimestrielles ou les nouveaux échangeraient entre eux et compareraient leurs écoles). En gros un principe d’accompagnement, quelque chose de complémentaire venant compléter l’expérience de l’école, plutôt que tentant de la remplacer.
    D’ailleurs garder cette idée de complémentarité de manière générale, plutôt que de révolution de l’école d’art en général, pourrait être pas mal pour esquiver les problèmes de structure ou de statement plombants.
    Cool pour le summer groupe! Attendons la prochaine réunion pour voir si tout le monde  valide cette façon d’avancer.

    children-reading_1_lg

    #323
    maîtresse
    maîtresse
    Modérateur

    Le lycée de La Baule ne sera donc pas le lieu pour cheapest-summer à priori, mais peut-être Saint Nazaire, et pour avancer dans la réflexion on n’a qu’à considérer comme acquis que le lieu sera un lycée, le projet pourra toujours muter si le lieu change de nature.

    Ce dont on est à peu près surs, c’est que on ne pourra pas avoir la totalité des participants présents sur la totalité du mois d’août. C’est déjà un paramètre qui permet de réfléchir à une structure et un planning.

    Moi ça m’inspire le principe du relais, un travail qui serait débuté par certains et finis par d’autres. Par exemple, si à Pornichet on fait cet exercice de dessin d’un ensemble écolier à plusieurs, pourquoi pas rebondir là dessus et travailler à une version 3d en août? une maquette dont les éléments seraient dessinés par diverses personnes mais aussi reprises au fil du mois par les participants, avec des modifications et ajouts.

    Il n’est pas exclu que quelqu’un puisse être présent quelques jours au début du mois, puis à nouveau à la fin. Peut-être certains seront là chaque week-end. Ça peut fabriquer de façon aléatoire un roulement de mains à la pâte, et donner un résultat intéressant, surtout en terme de réflexion, et peut-être en formes aussi.

    En ce moment mon émission de télé-réalité préférée c’est « face-off » une compétition de maquilleurs d’effets spéciaux pour le cinéma. Ils ont des épreuves de création de personnages en temps limité avec des conditions différentes à chaque fois. Dans l’épisode 5 de la saison 8, « sounded off », ils sont partagés en équipes et doivent collaborer sur un personnage en fonctionnant en relais.

    On leur donne une base pour démarrer, leurs modèles ont déjà des mains accessorisées de griffes dans des styles différents pour chaque équipe, et ils doivent s’en inspirer pour créer le perso. Ils bossent tour à tour sur des temps assez courts et dans un espace séparé du reste de l’équipe, ce qui fait qu’à chaque fois que la présentatrice dit « changez » le membre de l’équipe suivant qui prend le relais découvre d’un coup ce qu’a fait son coéquipier et doit essayer de continuer.

    Ça m’a semblé intéressant de voir les façons de travailler et de penser qui se dégagent de cette épreuve : certains improvisent complètement par dessus ce qu’ils voient, d’autres essaient vraiment de comprendre ce que leur prédécesseur a voulu faire, parfois ils comprennent de travers et finissent par faire quelque chose que aucun d’entre eux n’aurait fait tout seul.

    Capture d’écran 2016-01-25 à 23.34.26 Capture d’écran 2016-01-25 à 23.36.11  Capture d’écran 2016-01-25 à 23.36.17 Capture d’écran 2016-01-25 à 23.36.22 Capture d’écran 2016-01-25 à 23.36.42 Capture d’écran 2016-01-25 à 23.36.58 Capture d’écran 2016-01-25 à 23.37.28 Capture d’écran 2016-01-25 à 23.39.37

    Je pense que ça fonctionne parce que il y a juste ce qu’il faut de « contrainte » , à savoir un premier élément sur lequel ils doivent se baser, et aussi un certain ensemble de matériaux à disposition. On pourrait tout à fait tenter un projet comme ça, à petite comme à grand échelle, avec la bonne préparation. Ça pourrait permettre aussi d’être inclusif et d’accueillir la participation des lycéens, des voisins, etc.

    #324
    maîtresse
    maîtresse
    Modérateur

    Et d’ailleurs, dans ce format de télé réalité en général, la télé-réalité dite de compétition, le système du groupe de jeunes participants qui se soumettent à une série de challenges/épreuves, avec des juges qui les notent etc, est aussi une parodie d’école, et c’est particulièrement drôle quand c’est une compétition créative. Et ça touche au grandiose dans deux exemples merveilleux :

    “Work of art : the next great artist” avec notament Simon de Pury et Jerry Saltz

    mais aussi : “Design for life” avec Philip Stark qui fait un casting de designer, le show devait d’ailleurs d’abord s’appeler “Philippe Stark’s school of design”

    Si vous voulez un jour je fais une projection best of de la téléréalité, avec que le top du top. :good:

    #325
    maîtresse
    maîtresse
    Modérateur

    Inutile de préciser les flops absolus qu’ont été ces deux émissions.

    #341
    Zombiechatte2025
    Zombiechatte2025
    Modérateur

    Hello Louise,

    je viens seulement de lire ton post.
    je suis complètement partante pour le projet.
    Seras tu là aux labos Dimanche 21 ? Si tu prépares un best of face-off , ça me dit bien.
    Aussi, je trouve que de commencer un projet, même sans élève pour l’instant c’est cool, pour nos réunions aux labos, on était tous d’accord , de faire une pause discussion.
    Maxime parlait de dessiner nos écoles imaginaires à Pornichet, on pourrait commencer Samedi aux labos de la même manière que l’émission, et comme tu l’as proposé, le finaliser en 3D cet été.
    (cf Educational Complex Mike Kelley, Max a le livre)
    Je vais voir avec maxime si on peut s’acheter avec le budget un peu de matériel, pour commencer !

    x

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.